La population rurale

Paysan

Rédigé par Nicolas Hirsch
Le 27/04/2009


 

Les inégalités démographiques sont frappantes d'un département à l'autre. D'une manière globale la population française se concentre plus volontiers sur les façades maritimes et le long des grands axes fluviaux. Ainsi trouve-t-on des densités allant de 40 à 70 habitants au km² de la Gironde à la Vendée, le long de la Garonne, la Seine et l'axe Saône, Meuse et Moselle. On trouve les départements supérieurs à 70 habitants au km² sur les côtes de la Manche et de la mer du Nord, ainsi que le long du Rhône et du Rhin.

Pour le département du Rhône, la population rurale représente 60% des habitants.

La France compte alors 29.5 millions d'habitants en 1806, 30 millions en 1811. Ces recensements sont l'œuvre d'Emmanuel Duvillard, mathématicien genevois du bureau de la statistique.

L'homme des campagnes

La population laborieuse des campagnes est très diverse. On trouve des ouvriers agricoles appelés brassiers, ce sont les prolétaires du monde rural. Leur seul bien est leur force de travail. Ils sont employés le plus souvent à la journée. A l'opposé on trouve les gros fermiers, ces personnages sont les coqs de village. Ils ont du bien, ils sont un grand employeur et c'est parmi eux essentiellement, avant le retour de quelques émigrés, que l'on nomme les maires des communes rurales. En effet, la notabilité ne vient plus des privilèges mais de la propriété. Mais le bien ne suffit pas. Il faut en plus faire preuve de « vertu publique ».

Ces gros fermiers enrichis par la guerre mais surtout par la vente des biens nationaux, adoptent le style de vie des bourgeois de la ville. Leurs fils vont aux lycées. Mais l'essentiel de la population des campagnes ne se situe pas dans ces deux extrêmes. Le paysan français sous l'Empire est un petit propriétaire. Sa parcelle ne suffit pas à le faire vivre il doit compléter ses revenus en s'engageant comme saisonnier agricole ou en faisant de l'artisanat textile le plus fréquemment.

Dès 8 ans l'enfant fait partie de la population laborieuse des campagnes. Il s'occupe du potager, conduit les oies, ramasse le crottin. Après sa première communion, vers les 13 ans, il est adulte et participe aux gros travaux des champs.

Si les femmes du monde portent surtout du blanc, à la campagne la paysanne porte des vêtements riches en couleurs. Elle les a souvent confectionnés elle-même avec le tissu acheté auprès du colporteur. On porte généralement des sabots, parfois des souliers grossiers, plus rarement des chaussures de cuir épais, quant aux va-nu-pieds on en rencontre encore dans le midi. En public ou en privé on porte souvent une coiffure, ceci est encore plus vrai chez les femmes. Il existe de nombreuses coiffures traditionnelles selon les régions mais le simple bonnet orné de dentelles et plus encore le chapeau de paille, agrémenté de fleurs le dimanche, restent les plus portés. On se lave peu ou pas, la toilette reste encore très sommaire.



© 2017 La Brigade Infernale - Tous droits réservés - Site internet propulsé par Drupal & réalisé par Kinesphère