La mode antique

Gravure de mode Premier Empire

Rédigé par Nicolas Hirsch
Le 27/04/2009


 

L'antiquité est omniprésente à l'époque napoléonienne. Cette tendance s'était déjà manifestée à la fin du XVIIIème siècle, mais elle prit une importance considérable sous l'Empire, Napoléon ayant donné un élan plus large et plus profond à ce phénomène de mode. Cette mode antique atteint tous les aspects de la société.


Aigle Impériale 

Dans l'armée

La Légion d'honneur, distinction suprême voulue par Napoléon, fait évidemment référence par son appellation aux légions romaines.

Dans la garde impériale certaines unités s'appellent Vélite, ce terme fait référence à un type d'unité de la Rome républicaine. De même on parle alors de cohortes de gardes nationaux, encore une fois c'est une subdivision de l'armée romaine qui est évoquée.

De manière plus évidente les grognards de Napoléon suivent les Aigles impériales, fichées au sommet des hampes des drapeaux, tout comme les légionnaires romains qui suivaient les aigles, emblèmes des légions. D'ailleurs ces emblèmes ont presque la même valeur sacrée pour les uns comme pour les autres.
Les sobriquets, surnoms officieux, renforcent encore plus ces références à l'antiquité : Gouvion St Cyr est le Spartiate de l'armée du Rhin, Kellermann père est le Nestor de l'armée, Lannes est l'Achille de la Grande Armée, Bertrand est le summus pontifex, Lepic est l'Ajax de la Grande Armée, Séruzier (artilleur) est Jupiter-moustache...
Les unités ont aussi des surnoms : La garde est aussi appelée le bataillon sacré (référence à Thèbes), il en va de même pour l'escadron sacré.


Juiette Récamier 

Dans le costume

C'est dans les atours féminins que la référence à l'antiquité est la plus flagrante. En effet, les robes sont dites « à l'antique », elles changent radicalement avec ce que l'on a pu connaître auparavant et ce que l'on connaîtra ultérieurement. C'est une période parenthèse où le corset n'est plus de mise, le corps est libre, la beauté est naturelle, les artifices discrets. Ces robes sont droites et n'imposent nullement une silhouette au corps, majoritairement blanches elles rappellent les statues antiques au marbre immaculé. Les bijoux sont également fortement inspirés de l'antiquité.

Pour ces messieurs c'est uniquement dans la coiffure qu'un esprit antique peut se retrouver. La tendance est aux cheveux coupés courts, peignés vers l'avant, on dit alors que l'on est coiffé « à la Titus ».


Zeus et Thétis - Ingres 

Dans l'art

En peinture, l'antiquité et la mythologie antique demeurent des sujets de prédilection, Ingres peint Zeus ou Œdipe.
Mais l'on commence à voir dans le courant des paysagistes des ruines antiques, révélateur d'une passion pour cette période mais aussi annonciateur d'un courant fort et en germe à cette époque qu'est le romantisme.

En architecture, les colonnades, les frontons, la symétrie, procèdent du Néoclassicisme qui puise dans l'antiquité l'harmonie et la perfection du bâti.

Au théâtre, les sujets antiques sont toujours à l'honneur soit par de nouvelles compositions, soit en jouant du Racine. La nouveauté réside dans l'adoption de tenues à l'antique sur les planches et non plus des tenues contemporaines, et dans un jeu réaliste et pas déclamatoire. Ces éléments rendant l'antiquité plus concrète et plus vraie. Talma le plus grand acteur du temps fut le premier à revêtir la toge sur scène.

Le mobilier est lui aussi fortement imprégné d'antiquité. On retrouve dans les salons des chaises curules comme à Rome, les accoudoirs des fauteuils peuvent être décorés de petits sphinx, les buffets d'allégories antiques, les lits d'armes romaines.


Le roi de Rome 

En politique

Là encore les évocations sont nombreuses. Le régime politique encadré par le Directoire et l'Empire, est le Consulat. Le consul était le principal homme politique de la Rome républicaine, à présent, il est le chef de l'exécutif de la France révolutionnaire. Une des chambres du corps législatif s'appelle le sénat.D'une façon générale Napoléon restaure l'empire de Charlemagne, qui lui-même avait restauré l'empire millénaire de Rome. Mais s'il est un prince auquel Napoléon s'identifie c'est bel et bien à Auguste. Tout comme lui, il met un terme à une période de troubles, il rétablit la paix avec l'extérieur, il entame une politique édilitaire et met en place un gouvernement autocratique basé sur des principes républicains.

L'architecture politique est une copie des constructions impériales : Arcs de triomphe, ponts, places et plus flagrant encore la colonne Vendôme qui reproduit la colonne Trajane.

Une preuve de cet attachement à la Rome antique est dans la promotion en 1809 de cette ville au rang de seconde capitale de l'Empire. Beaucoup de villes d'Europe auraient pu bénéficier de ce statut car plus riches, plus grandes ou plus peuplées.Ce choix est donc idéologique. Redonner à Rome son importance, c'est renouer avec son passé glorieux, se placer en continuateur de l'empire romain. C'est par ce statut que Rome put bénéficier de crédits énormes pour son embellissement. Ce n'est pas tout, le roi de Rome est le fils de Napoléon. Tel est le titre que Napoléon voulait donner au prince de l'empire français. Ce choix est révélateur du désir de rattachement à l'époque romaine. L'aiglon, Napoléon II, fut cependant l'unique roi de Rome.


Voici un rapide tour d'horizon de l'omniprésence de l'antiquité à cette période. Cette mode est née dès la période révolutionnaire mais adopte une tournure plus officielle sous l'impulsion de Napoléon. Il est à noter cependant que cette anticomanie touche les élites et le pouvoir politique et n'est guère présente auprès des couches les plus populaires.



© 2017 La Brigade Infernale - Tous droits réservés - Site internet propulsé par Drupal & réalisé par Kinesphère