La découverte du mammouth

Squelette de mammouth

Rédigé par Nicolas Hirsch
Le 03/04/2011


Molaire de mammouth 

L'origine

Au fin fond de la Sibérie, les Iakoutes, vivent de façon traditionnelle, une vie nomade, empreinte de chamanisme. Parmi leurs légendes il y a celles de monstres sous-terrains qu’ils appellent Mammuts. Ces créatures terribles, parfois, sortent de leurs terriers et meurent à l’extérieur. Les Iakoutes prélèvent alors les défenses du monstre et font commerce de son ivoire. Arrivées en Europe, on attribue, au cours du XVIIème siècle, les défenses à des monstres bibliques, des géants…

La science progressant à petits pas, il faut attendre 1728 et Hans Sloane pour une étude des dents et des défenses. Sa conclusion est qu’il ne s’agit pas de monstres mais tout simplement d’éléphants. Leur disparition remonterait à une époque où la Sibérie tropicale aurait été submergée par le déluge. Ou, plus vraisemblablement, que se sont les eaux tumultueuses du déluge qui auraient apporté la dépouille de ces bêtes vers le Nord.

Une nouvelle espèce

C’est alors qu’intervient un contemporain de la période qui nous intéresse. Le français George Cuvier. Ce dernier en reprenant les dessins exécutés au cours du XVIIIème siècle conclu en 1796 qu’il ne s’agit pas d’éléphants mais bien d’une espèce distincte et disparue. En 1799 Johann Friedrich Blumenbach lui donne le nom de primigenius elephas.

En 1799, lors d’un réchauffement climatique, un chasseur Iakoute découvre, dans le delta de la rivière Lena, un Mammouth entier dont il prélève les défenses. Mais ce n’est que six ans plus tard que le scientifique écossais Adams, rattaché à l’académie des sciences de St Petersburg, apprend la nature extraordinaire de la découverte du chasseur. Alors en voyage d’étude dans la ville sibérienne d’Iakoutsk et guidé par ce chasseur, Adams découvre une carcasse en décomposition, mais dont le squelette est entier et dont une grande partie des chaires et des poils est conservée. L’animal a même été partiellement grignoté par des charognards. Immédiatement prélevée, la découverte fut envoyée pour St Petersburg où elle est connue sous le nom Mammouth de Adams.

Parallèlement, dans le nouveau monde, de semblables trouvailles sur cet animal fossile sont à mentionner. Des dents en Caroline (1743) attribué à des éléphants par les esclaves noirs. En 1786, une molaire en Pennsylvanie et enfin en 1807 Wistar analysa, à la Maison Blanche, les dents retrouvées lors de l’expédition de Clark et les rattacha au mammouth sibérien.

Les années du Consulat et de l’Empire sont véritablement les années où l’existence d’une nouvelle espèce, fossile, est prouvée, démontrée et surtout unanimement reconnue. Les bases de la paléontologie sont ainsi jetées à cette époque.



© 2017 La Brigade Infernale - Tous droits réservés - Site internet propulsé par Drupal & réalisé par Kinesphère