6e companie de la Garde Royale de France (1822-1830 ?) Chateau de Morges, Suisse
Rédigé par Nicolas Hirsch
Le 25/11/2008


 

Différentes coiffures agrémentèrent la tête des hussards. Elles furent fonction de la nature de l'individu (élite, centre, officier, troupe, trompette...), du moment (bivouac, campagne, défilé...) et de l'époque.

Les dates indiquées sont approximatives. En effet il faut considérer, et c'est toujours le cas actuellement, que lorsque l'armée change un équipement cela se fait petit à petit. La diffusion est lente car chère et elle se heurte toujours aux réfractaires du changement. Sous l'empire les changements sont fréquents, il n'est donc pas impensable qu'un individu dispose d'une pièce d'équipement "vieille" de deux règlements.

Intéressons-nous uniquement au shako. C'est la principale coiffure des compagnies "normales", ce que nous sommes. Les hussards portent le shako en Grande Tenue, en tenue de route, en tenue à pied, parfois pour la tenue d'exercice mais pas pour la tenue d'écurie ou de corvée.

  • De 1792 à 1803 : les hussards portent le mirliton.
  • De 1802 à 1810 : le shako premier modèle dont deux versions coexistèrent
  • De 1807 à 1810 : le shako second modèle
  • De 1811 à 1815 : le shako second modèle mais modifié
  • De 1812 à 1815 : le shako dit à la Hongroise ou rouleau.

Shako du 5ème hussard, second modèle (1807) 

Notre shako correspond au shako second modèle qui commença à être porté à partir de 1807, qui disparut à partir de 1810 mais qui était encore bien présent en Russie en 1812.

A cette époque, il n'était plus recouvert de drap bleu de la couleur du régiment comme il l'était auparavant.

il se caractérise par une cordelière jaune avec raquettes rondes et pompons de la même couleur.

La plaque de régiment en losange fait son apparition avec le numéro 5 découpé à l'emporte-pièce.

La plaque que l'on voit sur la photo exista réellement mais ne fut guère portée; elle se compose d'aigle surmontant le numéro en relief. (le cordon raquette rouge mêlé d'or est fantaisie)
la visière est cerclée d'une bordure en cuivre.

Les jugulaires jointes au fût par des bossettes en étoile sont en cuir recouvert d'écailles de cuivre.

La cocarde est surmontée d'un pompon qui indique là le 3ème escadron, 5ème compagnie.



© 2017 La Brigade Infernale - Tous droits réservés - Site internet propulsé par Drupal & réalisé par Kinesphère