L'hygiène dentaire

Biennais, Nécessaire dentaire de l’Imperatrice Joséphine
Rédigé par Nicolas Hirsch
Le 26/05/2009


 

La santé dentaire des français sous l'empire est à l'image du premier couple impérial, Napoléon et Joséphine : Napoléon soigneux de ses dents et Joséphine, dont la dentition était affreuse.

Le soin des dents est très variable dans la société d'alors.Dans les milieux ruraux ou populaires on se contente de se curer les dents avec un morceau de bois ou une plume d'oie. L'élite préfère d'autres abrasifs comme le pain grillé ou la poudre de corail, un frottage consciencieux évite les dépôts de tartre.

Certains, comme Napoléon, utilisent une brosse à dent. Les poils proviennent du blaireau, du poulain, de la chèvre ou du sanglier. D'ailleurs une anecdote raconte qu'un jour un de ces poils s'étant détaché (ce qui arrivait fréquemment), il vînt se loger entre deux s'incisives de l'empereur. Ce dernier refusa de voir quiconque tant que l'intrus hostile demeurait. Cela ne prit que quelques instants à son médecin Corvisart pour l'ôter.

On utilise cette brosse à dent avec un dentifrice souvent sous forme de poudre ou de pâtes. Celle de Napoléon est faite de miel et d'acides divers. On en trouve à base d'eau de vie, de camphre ou d'esprit de vin.Il convient aussi de se rincer la bouche avec de l'eau fraîche ou de l'eau de vie.L'élite utilise aussi des racloirs pour la langue et l'intérieur des joues.

Le couple impérial prenait grand soin de son hygiène buccale, il en demeure pas moins que l'empereur avait de belles dents et qu'il n'eut pas besoin de s'en faire enlever une avant son séjour à Sainte Hélène ; et que Joséphine devait masquer son sourire derrière son éventail.

L'hygiène n'était donc pas la seule cause de la dentition abjecte. On peut citer les diverses pathologies, la génétique, les carences alimentaires.Ces dernières occasionnaient les caries qui n'étaient alors le pas fait de la consommation de sucre. Ainsi certaines personnes pouvaient avoir les dents gâtées ou être édentées avant l'âge.

De plus, la mauvaise dentition implique une mauvaise haleine. Cause de réforme pour la conscription elle était aussi une torture pour le partenaire de danse. On luttait alors contre cette mauvaise haleine a l'aide d'un morceau de sucre trempé dans l'éther que l'on laisse fondre sous la bouche, ou en masquant sa bouche d'un mouchoir.

Néanmoins, la majorité des français sous l'empire devait posséder de bonnes dents et une haleine correcte, les deux étant liés. En effet les anthropologues notent souvent que les crânes retrouvés des périodes préindustrielles ont souvent une bonne dentition. Un seul exemple : sur les 3269 corps de soldats de la grande armée retrouvés à Vilnius dont 430 furent étudiés en détails, l'état dentaire est bon en grande majorité.

Pour le soin des dents, il existe depuis toujours les arracheurs de dents qui opéraient dans les foire. L'anesthésie n'existant pas, le spectacle était les cris de douleurs du patient. Ils officient toujours sous l'empire mais ils subissent la concurrence des chirurgiens-dentistes agrées par la faculté de médecine. Napoléon a le sien. Ils peuvent faire des détartrages, soigner une carie au burin puis y placer un amalgame à base de plomb, ou placer des prothèses faite d'os, de dents humaines, ou encore de porcelaine depuis 1789.



© 2017 La Brigade Infernale - Tous droits réservés - Site internet propulsé par Drupal & réalisé par Kinesphère